Page d'accueil

Histoire et patrimoine

Cité millénaire enrichie par le trafic sur les rivières, l'exploitation de ses marécages dès le moyen âge, le passage de deux voies romaines sur son territoire.

Rouans, cité millénaire, devient « bourg » en 1050, par sa situation sur la rivière le Tenu et sa position près de l'importante seigneurie de Messan. Le Tenu a eu la particularité de changer de nom pour des raisons de canalisation bien plus tard, pour se nommer l'Acheneau entre le lac de Grand Lieu et Messan, lieu de départ du canal de Buzay.

Grâce au trafic sur la rivière et à l'établissement de ses ports : Messan sur le canal de Buzay, la Biennassiserie, la Castière, la Gravelle, le Vieux Port et Port Sinan, Rouans se peuple rapidement et devient un lieu de marché reconnu, mais les Normands étaient déjà passés par là en 841, pour aller à Grand Lieu !


Dès 1135, Bernard de Clairvaux et Ermengarde, mère du duc de Bretagne, fondent l'abbaye cistercienne de Buzay. Reconstruite en 1755, elle fut brûlée à la Révolution. Il n'en reste aujourd'hui que la tour.

A la fin du 17ème, l'abbé commendataire Caumartin, organise le dessèchement des marais par un système de polders avec 41km de douves et de tenues.

D'ailleurs le village de Launay est connu par sa « foire à la pie ». Là, les moines de l'abbaye de Buzay et leurs fermiers vendaient leurs bestiaux, leurs chevaux, sortis des prés avant l'hiver. Cette foire a lieu le 23 novembre (la Saint Clément) début de l'hiver. Elle est appelée « foire à la pie » par la similitude de l'habit des moines (en noir et blanc) avec l'oiseau : la pie.


Deux voies romaines traversent le territoire, l'une sur la chaussée le Retz, l'autre au sud, au lieu de Pont-Béranger où fut construit un pont au Moyen âge, ce fut un lieu important de communication.

Rouans fut le lieu de plusieurs seigneuries : Messan, la Hunaudaie-Sicaudais, la Garenne et Vignauderie, la Haute Faye, le Bec.

A la Basse Ville existe une vieille chapelle dite Ste Madeleine. Ce fut le lieu d'une léproserie, détruite, puis reconstruite plus petite en 1759.

A la Budorière, siège d'une chapellenie. La chapelle daterait du 17ème siècle, brûlée en 1880, elle fut reconstruite aussitôt.

Au centre bourg, se situe l'imposant ancien presbytère, construit à partir de 1775 par un riche recteur : Pronzat de Langlade. Quant à l'église, elle fut construite en 1904 en remplacement de l'ancienne située sur l'actuelle place de la poste.

A la Vignauderie et à la Budorière, signalons deux châteaux, le premier construit en 1887 en lieu et place d'un ancien datant de 1669, des Seigneurs François, puis des Louer de la Caffinière ; le deuxième, reconstruit sur un ancien lieu d'une chatellenie dès 1628, puis siège d'une chapellenie du Sieur Cazal, le château actuel est plus récent.


Etymologie

Le nom de ROUANS est riche en appellations ; depuis le 11ème siècle selon les écritures, Rouans est cité par 14 noms ! ROTOHENGE est mentionné en 1036 dans une charte du prieuré St Serge d'Angers, pour une fondation d'un prieuré à Rouans (notons que le blason de la commune est celui du prieuré)

Ensuite jusqu'en 1046, c'est RODENTE, puis ROUANT et ROEM, RUANT de 1179 à 1406, c'est ROANT de 1406 à 1633,…. enfin Rouans dès 1706 et inchangé depuis… notons que pendant une courte période de la Révolution, Rouans est cité : BARA les MARAIS.


Contact

Le bulletin ROUANS-HISTOIRE est édité périodiquement par le Groupe historique de Rouans.


Guy Chabot, Président

1 Route de Compostelle

44640 ROUANS

Tel. 02 40 02 74 63

Mail : guy.chabot@orange.fr

Gérard Menet, Secrétaire

Tel. 02 40 64 25 70

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes